Fiche récapitulative: l’alimentation en quelques points

Nous ne traiterons pas ici des quantités à respecter selon le cheval, le travail et autres données mais sur certains aspects clés de l’alimentation.

Il est essentiel de respecter plusieurs critères pour satisfaire les besoins naturels du cheval:

  • Gastoreno au préNécessité de nourrir son cheval en continu, par petits repas et adapté à la situation de chaque cheval (croissance, compétition, etc.)
  • Pour un cheval au pré, étudier la composition des sols et des végétaux afin de choisir (ou non) de complémenter
  • Prendre en compte les aspects qualitatifs comme quantitatifs
  • Aider ponctuellement le cheval en faisant des drainages aux changements de saison
  • Apport raisonné et adapté au cheval de macro-éléments, d’oligo-éléments et de vitamines
  • Surveiller l’utilisation des organes du cheval (pancréas, reins, foin) afin de ne pas les surcharger et entraîner à terme des pathologies lourdes
  • Prise en compte de la sensibilité forte du cheval à son environnement
  • “Prendre le temps” de le laisser s’adapter: pas de changement sans transition sur la durée (impact sur le système digestif, la flore intestinale, le système immunitaire, etc.).

2 commentaires

  1. Céline Auteur février 16, 2015 (9:14 )

    Bonjour,
    Comment vous étudiez la composition des sols ?
    Qu’entendez-vous par drainages ?
    Comment surveiller l’utilisation des orgnades ?
    Qu’entendez-vous par “sensibilité forte” ?

    Répondre à Céline
    • Jil Van Bogaert Auteur février 25, 2015 (10:37 )

      Bonjour Céline,

      1) Etude de sol: Il faut passer par une société spécialisée. Le résultat permet de déterminer quels sont les éléments manquants dans le sol, de façon à pouvoir choisir un complément adapté au cheval.

      2) Les drainages (foie, reins, intestins et lymphe sont les plus importants) sont nécessaires dans certains cas. Ces émonctoires sont la principales voies d’élimination des déchets et un organisme encrassé va s’adapter moins bien à son environnement. Il ne faut pas drainer à l’aveugle, il y a des paramètres à prendre en compte, comme pour les vermifuges.

      3) Je dirais, mieux vaut prévenir que guérir. Utiliser une bonne alimentation de base, déjà. Le métabolisme exige avant tout une alimentation correcte pour fonctionner de façon optimale. Ensuite, éviter tous les médicaments allopathiques, la pollution, le stress.. qui vont perturber l’équilibre et créer une réaction en chaîne qui va totalement dérégler les organes. Pour finir, je dirais qu’il faut faire appel à un praticien shiatsu, ostéo, énergétique, etc, de façon préventive et non curative.

      4) Je vous dirige vers ce site: http://www.ohm-bioalternatives.com/
      Vous trouverez quelques pistes de réponse.

      Bonne journée,
      Jil

      Répondre à Jil Van Bogaert

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});