Apprentissage associatif et non-associatif lors de l’éducation du cheval : quelles conséquences pour son bien-être ?
Cet article est la partie 1 de 6 du dossier Apprentissage associatif et non-associatif

Paolo Baragli, chercheur à l’université de Pise en Italie, a publié en 2015 une revue bibliographique en collaboration avec des scientifiques d’universités italienne, australienne et américaine. Cette revue aborde l’apprentissage chez le cheval, et en particulier l’apprentissage associatif et non-associatif, en se basant sur les connaissances scientifiques publiées jusqu’à présent (83 articles référencés). Avec son aimable autorisation, je vous propose une version vulgarisée de sa revue sous la forme d’un dossier.

Depuis 6000 ans que les chevaux sont domestiqués, différents types d’approches ont été développés pour améliorer le bien-être du cheval et sa relation avec l’homme. Cependant, les relations homme-cheval sont complexes et la communication entre les chevaux et les humains n’a pas encore été développée avec précision. En effet, bien que l’apprentissage chez le cheval soit l’objet de nombreux articles scientifiques, l’équitation est aujourd’hui encore le sport avec le plus grand nombre d’accidents, et un pourcentage significatif de chevaux sont vendus ou abattus à cause de problèmes comportementaux. Ceci indique que les conditions de bien-être physique et mental des chevaux sont compromises. Ainsi, de récentes études ont démontré que les chevaux vivants dans de telles conditions montrent des comportements de type dépressif (cf. Le cheval de club : un modèle animal de la dépression ?) et que la résignation acquise pourrait être une conséquence de plusieurs années de gestion inadaptée. De plus, contrairement à ce qui a été fait chez les humains, l’influence de la santé mentale et du bien-être sur la qualité des performances sportives a très peu été étudiée chez le cheval. Or, il devient évident qu’il est essentiel de prendre en compte la psychologie du cheval et son implication émotionnelle pour aboutir à une relation épanouie entre l’homme et le cheval aboutissant à des performances sportives de bonne qualité.

Cette revue a pour objectif de présenter la manière dont l’apprentissage associatif et non-associatif fonctionne lors du travail avec les chevaux ainsi que des exemples des conséquences pratiques dans l’éducation des chevaux au sol ou montés. Une meilleure compréhension des règles de l’apprentissage associatif et non-associatif pourrait permettre non seulement d’améliorer le bien-être physique et psychologique des chevaux, mais aussi de réduire les accidents et le nombre de chevaux présentant des problèmes comportementaux liés à une relation inadaptée avec l’humain qui interagit avec lui.

Voici les différents thèmes qui seront abordés :

  • Éducation et dressage du cheval : utilisation de la pression et des renforcements positifs et négatifs
  • Exemples pratiques de renforcements
  • Conditionnement classique (ou pavlovien)  – Le risque de l’habituation
  • Renforcement négatif et punition : une frontière floue
Parcours du dossierÉducation et dressage du cheval : utilisation de la pression et des renforcements positifs et négatifs >>

4 commentaires

  1. Bernard Amélie Auteur avril 13, 2016 (6:05 )

    très intéressant ce petit article, ça donne tout de suite envie d’en savoir plus!!! est ce que c’est vous qui publiez la suite ou alors pouvez vous me dire vers quel lien s’orienter ?
    Et je tenais à vous dire un grand bravo et merci pour ces articles toujours aussi enrichissants qui valorise l’épanouissement et le bien être du cheval et de son cavalier.

    Répondre à Bernard Amélie
    • Aline Foury Auteur avril 13, 2016 (12:36 )

      Bonjour Amélie (ou Bernard, je ne sais pas!),
      Merci pour votre message de soutien qui me fait très plaisir: c’est chouette de savoir que nos articles vous plaisent!!!
      Cet article est l’introduction d’un dossier constitué de 6 articles qui traiteront des différents points évoqués dans ce premier article. Ils seront publiés dans les semaines à venir. Le lien vers l’article original en anglais est donné au début de cet article d’introduction.
      Bonne lecture et encore merci pour votre soutien!
      Aline

      Répondre à Aline Foury
    • Arnaud LALLEMAND Auteur avril 15, 2016 (8:22 )

      Belle initiative que ce dossier. Expliquer et vulgariser les modes d’apprentissage universels (chez le cheval comme chez les autres animaux y compris l’homme) est une très bonne chose pour notre milieu du cheval qui peut parfois garder ses œillères. Faire le lien avec le bien être et la sécurité, c’est encore mieux. Bonne continuation.

      Répondre à Arnaud LALLEMAND
      • Aline Foury Auteur avril 15, 2016 (10:56 )

        Bonjour Arnaud,
        Merci pour votre commentaire! Les messages d’encouragement sont toujours les bienvenus et nous motivent pour continuer à vulgariser la science!
        Bon week-end,
        Aline

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});