La sécurité dans le monde équestre

La sécurité dans le monde équestre

Ainsi, il est important de noter qu’il y a un nombre non négligeable d’accidents avec les chevaux chaque année et ce, pas uniquement lorsque le cavalier ou le manipulateur est à cheval. De plus, ces lésions ne sont pas à prendre à la légère. On peut alors se demander comment faire pour prévenir et diminuer le nombre d’accidents, notamment à pied.

Rappel sur les expressions faciales et comportements du cheval

Rappel sur les expressions faciales et comportements du cheval

Le cheval communique grâce à son langage corporel qui peut se révéler subtil pour l’homme quand il s’agit de décrypter les expressions faciales. Cependant, les cavaliers y font rarement attention lors du pansage ou du travail de leur cheval et on en parle très peu dans les centres équestres. Pourtant, les expressions faciales et les comportements sont un excellent indicateur de l’état émotionnel dans lequel le cheval se trouve.

Etude 1 : pratiques de pansage et sécurité

Etude 1 : pratiques de pansage et sécurité

Cette étude a ainsi permis de souligner que le pansage est plus souvent une source d’inconfort pour les chevaux qu’un moment agréable, qu’il n’y a pas d’amélioration de la pratique avec l’expérience, probablement parce qu’on y accorde peu d’importance et qu’il n’y a pas ou presque de sensibilisation à la pratique, ce qui peut permettre en partie d’expliquer le taux d’accidents à pied. Il y a donc un besoin non négligeable de sensibiliser et former les cavaliers à l’impact du pansage sur leur cheval.

Etude 2 : quel type de pansage privilégier ?

Etude 2 : quel type de pansage privilégier ?

Afin de contrer ce manque de sensibilisation et donc de former les cavaliers à la pratique du pansage, une deuxième étude a été lancée et financée par le Conseil Scientifique de l’IFCE en 2016, dirigée par Léa Lansade. Cette étude confrontait deux méthodes de pansage afin de déterminer s’il y a une réelle différence comportementale et émotionnelle lorsque l’on change la façon de brosser et de poser l’équipement.

Conclusions de l’étude 2

Conclusions de l’étude 2

En revanche, la manipulation retrouvée dans les centres équestres amène rapidement au développement de comportements négatifs qui peuvent parfois s’avérer dangereux et être à l’origine d’accidents lors de menaces par exemple. Ces animaux sont également plus stressés lors de manipulations vétérinaires, ce qui peut encore une fois être source d’accidents.

Résultats de l’étude 2 : pour aller plus loin

Résultats de l’étude 2 : pour aller plus loin

De ce fait, il faut bien veiller à différencier des oreilles en arrière, orientées vers le manipulateur et des oreilles plaquées en arrière, signe d’inconfort bien connu chez le cheval. Les oreilles en arrière retrouvées chez les pouliches du lot Optimisé ne sont pas plaquées sur la nuque, mais seulement orientées en arrière. Celles-ci restent orientées en arrière longtemps, le temps des caresses faites par le manipulateur. Celles que l’on retrouve chez les pouliches du lot Standard sont plaquées en arrière proche ou sur la nuque et souvent de façon brève, lors du passage de la brosse sur une zone du corps du cheval.

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});