Equitation Western : un peu d'histoire | Alter Equus
Equitation Western : un peu d’histoire
Cet article est la partie 2 de 6 du dossier L'équitation western

Par Laurie Robert-Deschamps, photos par Marine Le Ray

Suite à la conquête de l’Amérique par les Européens, le cheval accompagna les conquistadors Espagnols et Portugais vers le “Nouveau Monde”. Ces derniers, marchant sur les terres des natifs Américains, importèrent leurs chevaux et leurs traditions équestres.

Origines de l’équitation western

Le cheval était alors le seul moyen de se déplacer dans ces terres sans fin, et certains, suite à des départs précipités et des expéditions écourtées furent abandonnés, laissés sur place et retrouvèrent leur liberté. Le mustang était né, et nous pouvons lire aujourd’hui que “plus d’un mustang distança les chevaux de la cavalerie, nourris au grain, durant les guerres indiennes”.

Les migrants Espagnols ,suivis des Anglais et des Français seront les pionniers de la conquête de l’Ouest. Pas de routes, pas de villages, tout était à créer. Ces personnes se sont donc installées au fil de l’avancée sur le territoire. Des villages ont vu le jour et les pionniers mirent en place leurs cultures vivrières ainsi que l’élevage extensif dans les immenses prairies afin de nourrir la population locale. Au XIXème siècle, la conquête de l’Ouest bat son plein, on utilise les chevaux pour se déplacer mais aussi pour garder le bétail dans ces immenses espaces.

Vaquero

Les vaqueros développèrent un style d’équitation qui demandait très peu d’attention au cavalier

Les vaqueros (nom donné aux premiers cow-boys au Nouveau Mexique) développèrent un style d’équitation qui demandait très peu d’attention au cavalier. Le cheval n’était qu’un instrument de travail pour contrôler le bétail. Il devait se contenter de quelques indications légères et réagir très rapidement.

Ces exigences développèrent des races de chevaux intelligents, obéissants et maniables, capables d’un travail autonome, rapides et endurants. Le “sens du bétail” ou cow-sense avait beaucoup d’importance. Un cheval devait être capable de séparer une tête de bétail du troupeau ou d’aller chercher un animal isolé et le ramener au sein du troupeau.

L’origine du Quarter Horse remonte au XVIIe siècle, lorsque les colons de Virginie et de Caroline, qui organisaient des courses dans la rue principale de leur localité, entreprirent de créer un cheval vif et rapide possédant une grande capacité d’accélération et de détente et qui conviendrait comme monture des gardiens de troupeaux.

Petit à petit, avec la croissance exponentielle de l’élevage extensif du bétail, les cow-boys adaptent leur équitation à leurs activités. Ils passent énormément de temps en selle et cherchent alors le confort et la praticité du matériel et du cheval. C’était un métier sous-payé, méprisé. Le principal outil du cow-boy, c’est son cheval, qui appartient quasiment toujours au patron car, à près de 300 $ l’unité, un cow-boy ne peut se payer un tel luxe. Autre élément très important, la selle représente souvent la seule richesse du cow-boy qui a économisé des mois durant pour pouvoir la choisir avec soin car il passe le plus clair de son temps dessus. Nous oublions souvent que les cow-boys pouvaient être des Noirs (15% des effectifs) libérés de l’esclavage, des Mexicains ou des métis (15% également) et qu’ils faisaient partie des 35 000 à 40 000 cow-boys entre 1865 et 1890.

L’équitation western est donc, par essence, une équitation de travail.

Quel avenir pour l’équitation western?

Aujourd’hui, les propriétaires de ranchs sont sédentarisés, l’arrivée du chemin de fer ayant totalement changé le métier de cow-boy, les grands convois de bétail vers les centres de consommation se sont terminés vers la fin du XIXème siècle.

ranch-riding

Les disciplines dites “de ranch” fleurissent aussi en France, telles que le ranch riding

L’équitation western en France attire aujourd’hui de plus en plus de personnes, qu’elles soient à la recherche d’une équitation de loisirs, sécurisante ou adeptes d’une équitation sportive. On dénombre à ce jour de nombreuses disciplines s’inspirant de près ou de loin du travail des cow-boys : disciples de bétail (working cow, team penning…), de vitesse (barrel racing, pole bending…) ou de performance (trail, western pleasure, reining…).
Les disciplines dites “de ranch” fleurissent aussi en France, telles que le trail ranch, le ranch riding et pour les plus téméraires l’Extreme Cowboy Race.

Parcours du dossier<< L’équitation Western : simplifier pour commencerExercices et manœuvres de bases : avoir un cheval western ? >>

5 commentaires

  1. Anne Auteur juillet 15, 2015 (5:57 )

    Bonjour,
    Parmi les différentes disciplines de l’équitation western,j’ai découvert (uniquement en vidéo! ) le moutain trail et le extreme moutain trail . cf. Mark. Bolender (http://bolenderhorsepark.com/ ) qui semble être un cavalier remarquable.
    Savez vous si ce genre de terrain existe en France svp? Et qui pourrait pratiquer ce type d’équitation? J’ai une jument appaloosa qui fait très correctement du CCE à petit niveau et qui serait très à l’aise dans ce type de discipline (plus technique et plus “funny” que le ptr de Trec.)
    merci d’avance

    Répondre à Anne
  2. Estelle Auteur juillet 19, 2015 (6:09 )

    Bonjour Anne,

    Il existe de nombreuses installations de ce type aux USA mais très peu en France. La plus impressionnante reste pour moi le Oregon horse center qui est un Trail park complet en indoor.
    En France le seul Trail park de ce type à ma connaissance se trouve en Lorraine au Ranch des Eperviers.
    En revanche il y a énormément de manifestations ressemblant à ces épreuves, juste en un peu moins évoluées (pas de pont suspendu par exemple).
    Vous trouverez sûrement votre bonheur en Ranch Trail qui est une épreuve en terrain naturel avec de nombreuses difficultés (franchissement de troncs, gué, buttes etc…). Cette discipline fait partie des épreuves de Versatile Ranch Horse mais peut aussi être organisée seule.
    Si vous aimez l’adrénaline, essayez l’Extrême Cowboy Race, des épreuves sont organisées un peu partout en France même si elles sont majoritairement en Bretagne.
    N’hésitez pas à vous renseigner auprès des associations d’équitation sur western de votre région (AFEW ou FFE), ces épreuves sont ouvertes à tous.

    Bonne continuation. 🙂

    Répondre à Estelle
    • Anne Auteur juillet 25, 2015 (7:30 )

      Bonjour,
      je vous remercie de votre réponse, je vais regarder de plus près, je suis dans les Yvelines, je n’ai pour le moment rien vu dans ce type d’épreuve (il y a du reining) , J’ai vu aussi des vidéos (américaines)d’extrême cow boy, c’est sûr que c’est assez remarquable.
      Connaissez vous une page web du ranch des éperviers? j’ai vu une page facebook mais je fais partie des irréductibles !!

      Répondre à Anne
      • Estelle Auteur juillet 29, 2015 (3:07 )

        Bonjour Anne,
        Malheureusement ils n’ont qu’une page Facebook.
        Pour ce qui est de votre situation géographique, le plus proche que je connaisse qui donne dans l’extrême cowboy race c’est Adamo Walti à Etrechy dans l’Essonne.
        Bon courage pour votre recherche !
        À bientôt.

  3. Anne Auteur juillet 30, 2015 (7:33 )

    merci beaucoup de votre réponse, je vais regarder de près même si le trail me tentait plus
    A bientôt aussi

    Répondre à Anne

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*

Sur l’agenda
  • Rien pour le moment.
Restez informé !
Alter Equus sur Facebook
});