Gestion de l’herbe pour un cheval au pré : partie 1

Avoir son cheval au pré, n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. Dans ce chapitre, inspiré par les travaux de Jérémie Ancelet, nous vous présentons les clés de la bonne gestion des prairies.

En théorie, la superficie idéale d’un pré est d’un hectare par an, et par cheval.

herbe3Rotation des parcelles

Afin de garder un terrain productif, il est important de mettre en place de nombreuses parcelles dans lesquelles les chevaux ne devraient pas rester plus de dix à vingt jours. Avec un tel roulement, l’impact sur la flore est réduit car l’herbe n’est jamais rase et la terre a l’occasion de “respirer” car elle est peu tassée.

De plus, il est important d’éviter les chevaux de pâturer sur de l’herbe trop courte car ils ont tendance à couper le bulbe des pousses. Le surpâturage engendre également la prolifération de plantes comme les rumex et les chardons.

Pour redynamiser un pré, il faut faucher les zones de refus (en laissant les plantes fauchées au sol) et herser légèrement la surface. Cette dernière étape permet d’aérer le sol et de le rendre moins compact, ce qui a pour impact de redynamiser le sol au niveau biologique.

Si les rotations d’une parcelle à l’autre sont rapides, il n’est pas nécessaire de ramasser les crottins, les insectes s’en occupent et le sol est enrichi. Par contre, sur les pâtures dont la vie biologique est faible (insectes, bacteries ), il est primordial d’enlever les crottins.

herbe6Alimentation du cheval

Il vaut mieux éviter de mettre continuellement les chevaux sur des parcelles avec beaucoup d’herbe car ils risquent de prendre du poids.

A ce sujet, il est important de faire des transitions progressives au printemps afin d’éviter les excès d’herbe trop grasse et riche (risque de fourbure). Chaque parcelle devrait permettre un bon apport de fibres (foin, paille). Idéalement, il faut attendre deux mois avant de remettre les chevaux dans une parcelle au printemps, et trois mois en été.

Il est également intéressant d’utiliser une parcelle pour produire des grains ou du foin, que les chevaux pourront donc manger directement sans intervention de l’homme pour la transformation.

 

Sols et biodiversité

Les sols des prés peuvent être de plusieurs compositions différentes (sableux, limoneux, argileux). Il est intéressant d’observer les parcelles et de mettre les chevaux sur les terrains lourds (argileux) durant les saisons humides et sur les terrains légers (plutôt sableux) durant les saisons plus sèches. herbe7En cas d’acidification du sol, il est possible de faire un apport de lithotamne (algues) afin de réguler les sols. Evitez d’utiliser de la chaux, car elle est néfaste pour la biodiversité.

Pour évaluer l’acidité du sol, vous pouvez regarder quelles plantes y poussent: les fougères, le châtaignier, le genêt et parfois le chêne sont un signe d’un sol acide. Une simple analyse du sol est également possible.

Les trèfles et la luzerne permettent d’aider le sol à éliminer les nitrates de manière naturelle. De même, la présence de bois raméal fragmenté permet de relancer la présence de végétaux et de champignons sur le terrain.

Les arbres et arbustes permettent aux chevaux de manger leurs feuilles et leur écorce ; de même pour les arbres fruitiers ou les plantes à tanin (framboises, mûres, ronces, …). Cela permet aux chevaux d’être autonomes et donc de gérer par eux-mêmes leurs différents besoins et apports nutritifs.

Le concept du paddock paradise fonctionne sur la même idée: il propose aux chevaux diverses surfaces (sans leur imposer) afin qu’ils les utilisent selon leurs besoins.

7 commentaires

  1. Kaluzny Auteur décembre 24, 2014 (7:14 )

    Bonjour je ne suis pas trop d’accord avec cette extrait (qui suis) de votre article, peut être avait vous fait une erreur: ” Il est intéressant d’observer les parcelles et de mettre les chevaux sur les terrains lourds (argileux) durant les saisons humides et sur les terrains légers (plutôt sableux) durant les saisons plus sèches.”

    J’ai mes chevaux en liberté toute l’année et mon observation à était que l’inverse. Mes chevaux passe le printemps et l’été sur les parcelles Lourdes (argileux) car sinon l’hiver elles deviennent vite boueuses et les chevaux me détruisent le pied de l’herbe ce qui fait que l’année suivant très mauvaise repousse de l’herbe. De plus les chevaux sont dans un état de boue qui n’est pas bon pour eux.

    L’Hiver je les passe sur les parcelles de terrains légers (sableux), car meilleur drainage de l’eau, des parcelles sont peux boueuse (ce tiennent mieux que les terres argileuses ), mes chevaux sont propre, pas de poils collé par la boue ( un pelage au top de sont utilité et aussi un gain de temps au pansage)

    Cordialement

    Répondre à Kaluzny
    • Alter Equus Auteur décembre 29, 2014 (9:03 )

      Bonjour 🙂 Cet article est tiré principalement d’un stage avec Jérémie Ancelet: si vos chevaux se sentent très bien avec votre gestion de pâture, c’est l’important. Il est parfois compliqué de faire des généralités lorsque nous voyons la diversité présente en France..

      Répondre à Alter Equus
      • Kaluzny Auteur janvier 3, 2015 (10:53 )

        Merci pour votre commenter, et oui je suis d’accord avec vous nous ne pouvons pas faire une généralité . Merci de l’avoir précisé.

  2. Muriel Gangloff Auteur décembre 30, 2014 (8:11 )

    D’abord merci pour cet article ^^

    Ensuite, je me suis faite la même réflexion que Kaluzny par rapport au terrain argileux/sableux !
    Pourrions-nous avoir une explication sur le pourquoi du comment ? Pourquoi serait-ce mieux pour les chevaux d’être dans la boue en hiver ?

    Autres questions…
    Dans votre article vous dites : “Si les rotations d’une parcelle à l’autre sont rapides, il n’est pas nécessaire de ramasser les crottins, les insectes s’en occupent et le sol est enrichi.” Qu’en est-il des parasites intestinaux ?
    Vous dites également : “il faut attendre deux mois avant de remettre les chevaux dans une parcelle au printemps, et trois mois en été”. Quelle est la raison de ce temps d’attente et pourquoi change-t-il durant les saisons ? De plus, comment fait-on en automne et en hiver si nos chevaux sont à l’herbe toute l’année ?

    Merci d’avance pour vos lumières 😉

    Répondre à Muriel Gangloff
    • Kaluzny Auteur janvier 3, 2015 (11:12 )

      Bonsoir Mme Gangloff,
      tout d’abord mer pour vos commenter pertinent et vos questions? J’espère que Alter Equss pourrons vous répondre et donc nous informer plus.

      Pour ma part, je peux vous dire part mon expérience que pour l’hiver je complémente mes chevaux.

      Toute l’année mes chevaux vivent en extérieur (une jument 24ans et un hongre de 8ans) En octobre je les met en parc que j’appel d’hiver ( sol sableux et protégé des vents par des bois ou haie) je leur donne en plus du foin ou enrubanné (le matin) et des céréales le soir (allant de 6 à 10 litres selon le la température extérieur). De plus ils ont un ballot de paille pour se coucher de dans et manger la nu-paille (que je renouvelle régulièrement )

      Je vous souhaite une joyeuse année et de nombreux moment agréable avec vos chevaux

      Répondre à Kaluzny
    • Alter Equus Auteur janvier 5, 2015 (9:03 )

      Bonjour 🙂
      Je demande à une membre qui a participé à ce stage si elle pourrait vous répondre sur ce point 🙂

      Répondre à Alter Equus
  3. kakoo Auteur janvier 5, 2015 (11:21 )

    Bonjour, je pense qu’il y a une erreur dans l’article,
    je mettrais aussi les chevaux sur sol sableux l’hiver pour éviter la boue et d abîmer les parcelles.
    Et l’été les mettre plutôt sur sol argileux car il retient mieux l’humidité et l’herbe poussera mieux.
    Il y a du avoir une inversion.

    En ce qui concerne le temps de les laisser sur une parcelle pour la rotation des pâtures, je pense que c est tout simplement qu en ‘hiver, avec le gel, l’activité des vers eSt réduite, on peut donc se permettre de les laisser plus longtemps sur la même parcelle sans risque.
    Il faut biensur adapter ces informations à son climat.

    Répondre à kakoo

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});