Haras nationaux : quel avenir ?

La décision récente du démantèlement progressif des Haras Nationaux Français et leur fusion avec l’ENE au sein de l’IFCE aurait pu laisser présager une bien triste histoire. Nombreux sont ceux qui se sont insurgés, face à la possible perte du patrimoine notamment génétique, trésors inestimable de nos haras, ainsi que face la vente à des “privés” de bâtiments dont certains sont classés.

haras de hennebont coursPourtant, le fait est la il faut en prendre acte. Et dans ce que certains ont qualifié de débâcle, sont apparue quelques petites perles. En effet, le monde équestre notamment français, et ce site en est la parfaite illustration, vit une profonde mutation, et voit apparaitre de nouvelles approches équestres, avec comme grand principe la remise du cheval au centre  des préoccupations. Sciences éthologique, certes, mais aussi un regain d’intérêt global pour le cheval lui même, font que les activités traditionnelles de compétition (dressage, CSO ou complet) ne sont plus les seules à capter le public.

De la compétition au loisir

Le développement des activités de loisir, de spectacle équestre suscitent désormais un intérêt grandissant, peut âtre aidé d’ailleurs par le cinéma et les nombreux films ayant pour personnage principal un cheval (et non plus forcément “une personne utilisant un cheval”). Les anciens haras nationaux pourraient ils prendre ce tournant ?

En tous cas c’est le pari réussi pour l’un des plus illustres d’entre eux, offrant une palette complète d’activités, allant du spectacle à la location d’espace pour des incentives, en passant par l’organisation de mariages ou la réception des scolaires. Le Haras à visiter à Hennebont, en Bretagne, est ouvert au public d’avril à janvier et permet désormais à tout un chacun de visiter cet établissement.

Vous pourrez alors profiter d’une soirée “cabaret équestre”, renouvelé chaque année, alliant avec brio voltige, liberté, haute école, dans un registre aussi décalé que passionnant.

Un exemple trop rare…

Cette réussite exemplaire de reconversion est hélas assez peu fréquente, et les haras qui ont été vendu n’ont pas tous eu cette chance. Certains, comme la haras national de Saintes, ont purement perdu leur vocation équestre, pour devenir des domaines privés. D’autres, comme celui de Lamballe ont été rachetés par les collectivités locales, et conservé leur vocation sportive voire même équestre.

Il faut bien avouer qu’entretenir de tels domaines n’est pas à la portée de tous, et que le désistement de l’Etat risque bel et bien de faire disparaitre purement et simplement bon nombre d’entre eux de la planète “cheval”.

Notre voeux est que même rachetés par des privés, ces joyaux de notre patrimoine conservent leur vocation équestre dans la mesure du possible, et que des investisseurs passionnés se chargent de leur rendre leur charme !

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*


Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});