La basse école
Cet article est la partie 4 de 6 du dossier L'équitation académique

Lorsque l’on parle de dressage, il est fréquent d’avoir en tête les sauts d’école ou encore un piaffer brillant. Cependant, avant d’arriver à ces mouvements exigeants physiquement et mentalement, il est primordial d’effectuer un travail préparatoire en amont.

Pré-requis

L’idée centrale du dressage académique est de reproduire des “airs” naturels du cheval, ainsi que de rechercher son bien-être physique et mental: il est donc important de garder en tête qu’un cheval termine sa croissance autour des 7 ans (il faut donc adapter le travail en conséquence, en se souvenant par exemple que la nuque est l’une des dernières zones à s’ossifier). Les bases (travail aux trois allures, figures de manège, impulsion, transitions entre et au sein des allures) sont maîtrisées dans le calme et la légèreté.

La basse école traite principalement du travail sur 2 pistes (petite explication sur les “pistes” sur ce lien), qui permet notamment d’améliorer la souplesse et l’engagement (lorsque le postérieur va chercher sous la masse du cheval) du cheval. Deux types d’assouplissements existent:

  • longitudinal (transitions, variations dans l’allure, arrêt, reculer): améliorent les flexions de la colonne vertébrale et l’engagement en gardant une cadence inchangée,
  • latéral (cercles, lignes brisées, deux pistes): amélioration de la souplesse du dos, des épaules et de l’encolure. L’idée est de “plier pour redresser”: le cheval pallie ses défauts de symétrie par ces assouplissements afin qu’il puisse marcher “plus droit”.

Ils sont également complétés par l’extension et la descente d’encolure.

Que recherche-t-on?

tattoo-piafferLe cheval parfait n’existe pas (et heureusement!), mais l’équitation académique tend vers un certain “idéal” équestre:

  • Le cheval pousse sur ses postérieurs et les engage sous lui, entraînant un abaissement des hanches,
  • Son dos se tend,
  • L’encolure s’élève (avec la nuque en point le plus haut) en ayant au maximum le chanfrein à 90°,
  • Les allures sont régulières.

Ainsi, le cheval est équilibré (et non plus sur les épaules) et harmonieux.

Exercices de basse école

Epaule en dedans (EED)

L’épaule en dedans est l’exercice phare de basse école (Pour N. Oliveira “c’est l’aspirine de l’équitation, elle guérit tout”): les épaules du cheval quittent la piste et sont sur la piste intérieure. Le cheval s’assouplit donc et engage davantage le postérieur interne, tout en étant incurvé.

Hanches en dedans

De la même façon qu’une épaule en dedans, les hanches en dedans demandent la mobilisation d’une partie du corps du cheval vers l’intérieur de la piste: ici les hanches. Cela permet d’assouplir le cheval et de le préparer par la suite pour les appuyés en haute école.

Cession Tattoo

Cession à la jambe avec Tattoo

  • Croupe au mur (renvers) et tête au mur (travers) sont l’équivalent de l’EDD et des hanches en dedans mais dans le pli de l’appuyer

Cession à la jambe

La cession à la jambe demande au cheval de croiser simultanément épaules et hanches sans nuire à l’impulsion, en ayant légèrement un pli du côté opposé à celui de la marche. La cession permet de travailler la rectitude du cheval ainsi que la régularité des allures.

Reculer

Le reculer permet de travailler la flexion de l’arrière main et de rééquilibrer le cheval, notamment s’il a tendance à avoir plus de poids sur ses épaules. Le reculer n’est cependant bénéfique que si le cheval travaille son dos durant l’exercice.

 

Ces exercices, agrémentés de variation au sein des allures, dans les allures et de différentes figures (cercles mais également serpentines, etc.) permettent un travail complet qui gymnastique le cheval. Nous pouvons également préciser que le travail en terrain varié est un complément indispensable aux exercices en manège et que “les assouplissements latéraux ne doivent être commencés que lorsque le cheval maintient un contact élastique avec la main en toute occasion et qu’il connaît la jambe isolée” (manuel d’équitation ffe 1963). Ceci pour éviter la fausse légèreté. Nous vous conseillons de plus de vous faire encadrer afin de permettre une progression optimale.

Parcours du dossier<< Les concepts de base en équitation académiqueEssayons de définir la haute école >>

3 commentaires

  1. rossi Auteur janvier 30, 2016 (7:32 )

    Intéressant mais il en manque beaucoup ! Ou sont renvers travers contre épaule en dedans tête au mur croupe au mur ? Sur la photo, le cheval est en travers car sur un cercle avec les deux bouts en dedans, ce qui, ramène à la piste est une tête au mur, qui prépare effectivement l appuyer. L épaule en dedans fait d engager le postérieur interne sous la masse et donc rassemble, rééquilibre…on peut la pratiquer sur le cercle ou la piste, attention le poids du corps ne sera pas du même côté.

    Répondre à rossi
    • Alter Equus Auteur février 1, 2016 (2:06 )

      Bonjour, en effet il y a quelques manquements à l’article, dans un but de vulgarisation. Merci de vos apports 🙂

      Répondre à Alter Equus
    • Esetelle Auteur octobre 3, 2016 (8:00 )

      Appuyer, tête au mur, croupe au mur sont classé en haute école. Pas le même niveaux de dressage et pas le même équilibre. Donc l’article est juste.

      Répondre à Esetelle

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});