L’âne n’est pas l’ombre du cheval
Claire Guérin, praticienne shiatsu de Shiatsu du Cheval et du Cavalier, nous propose aujourd’hui un article sur l’âne, cet équidé inconnu et souvent délaissé par rapport au cheval. 

L’âne

Ane4

 A l’âge de 15 ans, mes parents m’ont offert ma 1ère ponette. Quelques mois plus tard, pour qu’elle puisse vivre près de la maison, nous lui avons offert une « demoiselle de compagnie » à longues oreilles. J’ai alors réellement appris ce qu’était un âne. Je l’ai vu grandir, cette petite ânesse, tout juste sevrée, arrivée un matin de novembre. J’ai appris à aimer sa malice, son humour, sa capacité d’adaptation, ses facultés d’apprentissage et de compréhension. L’âne n’était donc pas le cabotin mauvais élève que l’on m’avait conté !

L’âne n’est pas l’ombre du cheval.

Il a fallu que je sois mise face au projet de réalisation d’un mémoire en shiatsu équin pour que je m’arrête un instant dans mes recherches de thèmes, d’écuries, de chevaux… et observe (enfin) les ânes.

 

Sont-ils si différents du cheval ?

J’ai alors rencontrés des passionnés, des « âniers » de leur petit nom… Ils m’ont fait découvrir leur univers, parallèle à celui du cheval. De plus en plus populaire dans le cadre des thérapies assistées (asinothérapie) et médiation animal, pour son calme, sa sensibilité et sa douceur ; L’âne a, selon moi, toutes les chances de faire son entrée en scène dans « le monde du cheval ».

Les shiatsu partagés avec des ânes m’ont beaucoup appris dans ma pratique mais aussi sur moi-même. Comme chez le cheval, les ânes sont de physiques et de tempéraments très variés, mais certains traits m’ont semblés communs à tous : L’âne est extrêmement réceptif au contact de l’Homme, il s’ouvre à de nouvelles relations avec un grand naturel, ce qui le rend formidable pour la découverte et les premiers contacts équestres. 

  • Lors de ma première approche en shiatsu, les ânes se sont montrés très observateurs, analystes, ils ont intériorisés ce nouveau ressenti tout en étant coopératifs.
  • Au second shiatsu, ils ont pour la plupart très bien reconnu mes gestes et se sont montrés tout à fait démonstratifs quand à leur goûts en matière de shiatsu ! Ceci démontre une nouvelle fois leur finesse, leur intelligence et capacités d’apprentissage. L’âne pourrait alors être le partenaire idéal pour le cavalier confirmé ayant un esprit ouvert… 
  • Le 3ème shiatsu a été pour moi, avec chacun d’entre eux, un véritable moment de bonheur et d’écoute mutuelle. Ils avaient compris mes intentions, et m’ont fait partager ce qu’ils avaient au fond d’eux-mêmes. Ces shiatsu ont procuré autant de bien-être aux ânes qu’à moi-même !

 Que recherchent les cavaliers de loisirs aujourd’hui ?

Ane1Simplicité, sécurité, polyvalence, rusticité, une meilleure relation avec son partenaire, une écoute mutuelle, de la confiance… Tout cela, l’âne peut vous l’apporter, quelque soit votre niveau. Nombreux sont ceux qui gagnerait au côté d’un ami aux longues oreilles, tant sur le plan équestre qu’humain.

Les mots ne suffiront pas à dire à quel point l’âne m’a touché. Je suis blessée de voir qu’il est encore l’objet de moqueries et de mauvais traitements dans les milieux équestres. La méconnaissance entraîne des comportements aux conséquences désastreuses et des jugements infondés. Apprenons à connaitre les ânes car leur place est à l’égal du cheval : Offrez à l’âne sa chance, vous serez séduit…

 

4 commentaires

  1. Lola Bertrand Auteur juillet 15, 2014 (7:14 )

    Comme je suis d’accord !! Je dis toujours aux gens qui ne connaissent pas les nes que si je devais refaire ma cavalerie, je n’aurais que des nes !!! Ce sont des tres extraordinaires 🙂

    Répondre à Lola Bertrand
  2. Sophie Moreillon Auteur juillet 16, 2014 (5:36 )

    Vivent les longues oreilles! En Amrique (nord et Sud), ils utilisent beaucoup les mules / mulets pour le travail attel-mont, le loisir mont-attel, le bt, la randonne. Il y a mme des comptitions saut, dressage, western, spcialement rserves aux mules et mulets, des perles tout faire. Il est dommage qu’en Europe toutes les longues oreilles soient considres sans noblesse ni mme intelligence.

    Répondre à Sophie Moreillon
  3. Célia Fontaine Auteur juillet 16, 2014 (7:25 )

    merci pour cet article. Mon ne m’a beaucoup appris sur la vie, je lui en suis trs reconnaissante 🙂

    Répondre à Célia Fontaine
  4. Delphine Bruneau Auteur juillet 8, 2015 (8:41 )

    Etant moi même propriétaire d’ânesse, elle a amélioré ma vision et le contact avec les équidés ! Patience, compréhension, partage, beaucoup de choses, elle est superbe ! Je préfère même les asins aux équins maintenant hihi, bel article ! 🙂

    Répondre à Delphine Bruneau

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*


Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});