Le cheval “en état”
Certaines races sont considérées comme naturellement fines (ici, un PSAr)

Certaines races sont considérées comme naturellement fines… (ici, un PSAr)

Le cheval, par son caractère nomade et herbivore, n’est pas supposé stocker de la graisse sur la durée: entrave lors de la fuite, gêne pour éliminer la transpiration, etc. Les apports permettent idéalement au cheval de “financer” la dépense énergétique de recherche de la nourriture.

Pour autant se développe chez certains de nos chevaux de sport une certaine tendance au surpoids, qui se caractère par le processus suivant:

  • prise de poids au niveau de l’abdomen et des reins
  • puis au niveau du cœur
  • et enfin, sous la peau

Un cheval ayant donc une couche anormale de gras sous l’épiderme est à surveiller.

 

Pour les Haras Nationaux, il est possible de mesurer comme ci-dessous le poids du cheval:

– Poids vif (en kg) = 4,3 x périmètre thoracique (en cm) + 3 x hauteur au garrot (en cm) – 785[1]

... mais le poids peut varier, pour un même individu, selon la période de l'année

… mais le poids peut varier, pour un même individu, selon la période de l’année.

Observer un cheval avec un surpoids général (et pas uniquement au niveau de l’abdomen) démontre donc un réel problème au niveau des apports de l’alimentation et du manque de dépense d’énergie. Des variations temporaires sont par contre normales, selon la saison, la disponibilité alimentaire et les situations particulières (croissance, poulinage, etc.).

Les poulains sont par exemple très minces: le squelette et la musculature se développent avant les graisses cutanées. Un poulain “gros” est donc anormal et demande à être suivi par un professionnel pour solutionner au plus vite la situation.

Il est difficile de donner un poids idéal: selon les races, mais également les activités les chevaux n’évoluent pas de la même manière et n’ont pas la même construction musculaire. Il est considéré comme correct de pouvoir deviner les côtes sans qu’elles ne soient trop visibles, et que l’on puisse les sentir en passant la main à ce niveau. D’autres indices peuvent aiguiller sur l’état du cheval: qualité du poil et des crins, de la corne, des tissus, etc.

[1]                      Pour les cas spécifiques (poulinière, trait, etc.) renvoyer à http://www.haras-nationaux.fr/uploads/tx_vm19docsbase/7_Estimation_du_poids.pdf

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});