Le leadership est-il un concept fiable chez le Cheval ?

Le leadership est souvent invoqué quand on s’intéresse à la coordination des mouvements de groupe chez les animaux. La définition de ce concept reste cependant vague. De plus, la façon dont le leadership s’intègre dans les prises de décision collective n’est toujours pas très claire. Des chercheurs de l’Association Takh pour le cheval de Przewalski et des universités de Toulouse, Strasbourg et Rennes se sont posés la question de l’existence du leadership chez les chevaux, une espèce pour laquelle ce concept est couramment utilisé.

Introduction

Les différentes définitions du leadership disponibles dans la littérature proposent toutes l’identification d’un individu, qualifié de leader, caractérisé par des singularités de comportement ou de personnalité, des besoins physiologiques ou des connaissances particulières. Chez le cheval, le rôle du leader a souvent été attribué à un seul individu, à savoir l’étalon ou une vieille jument, même si d’autres études ont aboutit à des conclusions différentes. Lors de cette étude, les mouvements collectifs de 2 familles de chevaux de Przewalski en liberté ont été mesurés afin d’examiner à la fois les différents aspects du leadership et les différentes étapes des processus décisionnels.

Méthodes

Chevaux

Groupe familial

Groupe familial

  • Groupe 1 : famille de 12 chevaux de Przewalski ; 1 étalon adulte (8 ans), 5 juments adultes (entre 4 et 16 ans), 2 juments sub-adultes (2 ans) et 4 poulains (1 an). L’âge moyen de ce groupe est de 4,6 ans. Les observations ont eu lieu en 2004.
  • Groupe 2 : famille de 6 chevaux de Przewalski ; 1 étalon adulte (12 ans), 3 juments adultes (entre 8 et 9 ans) et 2 poulains (1 an). L’âge moyen de ce groupe est de 6,8 ans. Les observations ont eu lieu en 2006.

Ces 2 familles appartiennent à une population en semi-liberté sur 380 ha gérée par l’association Takh. Lors des 2 périodes d’observation, la population était composée de 5 familles indépendantes et de 2 groupes de mâles. Tous ces groupes se sont formés naturellement et évoluent librement à la recherche de ressources vitales sans supplément nutritionnel ni intervention humaine.

Observations comportementales

Les observations de mouvements collectifs n’ont été réalisées que lors des comportements d’entretien. Tous les mouvements ont été mesurés lors de la recherche de nourriture d’un site à un autre, ou lors de la recherche d’abris. Ainsi, les mouvements de peur liés à des signaux extérieurs tels que la présence de prédateurs ou les mouvements initiés par les étalons qui poussent un groupe en période de reproduction pour l’éloigner d’un autre groupe n’ont pas été pris en compte. C’est pourquoi les mouvements collectifs ont été observés en dehors des périodes de reproduction.

Les observations ont été réalisées par 2 expérimentateurs situées à 20m des chevaux. Le 1er observateur enregistrait les comportements agonistiques et l’ordre de marche des chevaux quand ils se déplaçaient. Le 2ème observateur suivait chaque cheval en mouvement et notait tous les comportements qui en résultaient et leur durée :

  • comportements précédant le départ (s’éloigner, rester en périphérie, suivre un individu qui s’éloigne, rejoindre un individu en périphérie ou faire une pause)
  • comportements de départ (marcher avec le cou à l’horizontale et sans s’arrêter, sur une distance plus importante que le diamètre du groupe)
  • comportements d’adhésion (marcher avec le cou à l’horizontale et sans s’arrêter vers le 1er cheval ayant bougé, sur la même distance enregistrée lors du comportement de départ)

Résultats

D’après les observations, aucun cheval n’a pu être considéré comme un leader dans aucun des 2 groupes des chevaux de Przewalski, quelque soit la définition utilisée pour caractériser le leadership. En effet, aucun individu ne s’est systématiquement mis en mouvement le premier, n’a obtenu une plus grande adhésion des membres du groupe que les autres chevaux initiateurs d’un mouvement, ou ne s’est systématiquement déplacé à l’avant du groupe.

Le ratio adulte/jeune, qui est connu pour influencer la cohésion spatiale chez les jeunes chevaux de Przewalski, varie entre les 2 groupes : la moitié des chevaux sont immatures dans le groupe 2, contre un tiers dans le groupe 1. Il est intéressant de remarquer que ni les juments les plus âgés, ni les étalons ne contribuaient plus à la coordination des déplacements que les autres chevaux. Ainsi, contrairement à une idée très répandue, l’âge, le sexe et le rang de dominance (principalement déterminé par l’âge chez les chevaux) semblent n’avoir que des effets limités sur la coordination des déplacements du groupe chez les chevaux.

Mouvement de troupeau

Mouvement de troupeau

Le but de cette étude était également de comprendre les différentes étapes des processus décisionnels. L’une des observations cruciales de cette étude est que les initiateurs d’un déplacement n’affichent pas de signaux spécifiques au moment du départ, et ils n’essayaient pas d’influencer leurs congénères de façon coercitive. Cette absence de conflits motivationnels au moment du départ est confirmée par le fait que plusieurs individus initiaient le départ en même temps. Ceci pourrait indiquer que la prise de décision a déjà eu lieu pendant la période précédant le départ. En effet, plusieurs individus étaient pour la plupart impliqués dans la manifestation des comportements « pré-départ ». Ainsi, le processus de prise de décision serait partagé par plusieurs membres du groupe. Un tel signe de décisions partagées accentue le fait que les traditionnelles supputations concernant le leadership (focus sur un seul individu) ne seraient pas le meilleur moyen de décrire la coordination d’un groupe, tout comme les contributions individuelles aux décisions de déplacement. La manifestation de comportements « pré-départ » pourrait faciliter la coordination globale du groupe, influencer la dynamique des déplacements et la précision des décisions. D’un point de vue évolutif, les décisions partagées sont pertinentes puisqu’elles aboutissent à des décisions plus précises que les décisions individuelles.

Il a été également proposé dans la littérature que les fonctions de leadership soient situationnelles et liées à des niches sociales. Ainsi les étalons semblent être préférentiellement impliqués lors des contextes de rencontre avec un autre groupe ou avec un prédateur, et les ainés pourraient participer au maintien du calme au sein du groupe. Cependant ceci n’a pas été observé dans cette étude : n’importe quel individu a pu participer à la période « pré-départ », être le premier à bouger ou à marcher en première position à mi-parcours du déplacement, indiquant ainsi que la prise de décision est partagée entre les différents membres du groupe lors des déplacements collectifs. Ainsi, de façon très intéressante, la distribution du leadership n’est pas situationnelle dans cette étude ; différents chevaux contribuent à la coordination du groupe au sein d’un même contexte du maintien des activités sur le long terme.

Cette étude met en évidence le fait qu’il est difficile de définir avec précision le leadership. Un individu appartenant à un groupe de 12 chevaux peut-il être considéré comme leader parce qu’il mène un tiers des déplacements ? Et que dire d’un individu qui initie souvent un déplacement mais ne le mène que rarement ? Il est indéniable que certains individus contribuent de façon inégale aux décisions des déplacements. Si le leadership est défini en termes d’initiation de déplacement, d’efficacité de recrutement ou de la position de tête pendant le déplacement, il est cependant nécessaire de s’accorder sur la proportion avec laquelle un individu devrait inciter des mouvements de groupe pour être considéré comme un leader.

Conclusion

Les récentes recherches soulignent que l’existence de processus distribués entre les individus semble être la norme pour les mouvements de groupe chez les animaux, et que la prise de décision a lieu avant et après le départ. Le leadership concentré sur un seul individu apparait donc comme un cas extrême parmi le continuum des processus de prises de décision qui s’étend depuis le contrôle par un seul individu jusqu’à un partage égal des décisions entre les membres d’un groupe. Ainsi, les résultats de cette étude suggèrent d’utiliser avec précaution le concept de leadership comme moyen d’étude des mouvements des groupes d’animaux. A l’heure actuelle ce concept s’avère ne pas être fiable chez les chevaux, espèce pour laquelle il a été utilisé depuis des dizaines d’années sans avoir abordé la nature des processus de prise de décision. Cette étude devrait permettre aux futures recherches sur le thème de la coordination de groupes animaux d’éviter cet écueil.

 

Article original en anglais :

Is Leadership a Reliable Concept in Animals? An Empirical Study in the Horse

Marie Bourjade, Bernard Thierry, Martine Hausberger, Odile Petit

2 commentaires

  1. Audrey-Ann Auteur juin 16, 2015 (9:24 )

    Je suis déçue de lire un article aussi peu neutre.

    J’ai été lire l’article scientifique ensuite et je n’en ai pas retiré le même point de vue. Écrire un article aussi catégorique basé sur une seule étude scientifique très (trop) facilement remise en question me semble étrange. J’en attendais plus de votre part.

    Répondre à Audrey-Ann
    • Aline Foury Auteur juin 18, 2015 (9:04 )

      Bonjour,
      Cet article est une vulgarisation d’un article scientifique. Il rapporte donc l’avis des auteurs et non celui de l’association Alter Equus. Cependant, il est important de rappeler qu’un article scientifique publié dans PlosOne est relu par des scientifiques avant publication, et s’appuie sur de nombreux articles de la littérature. Enfin, la conclusion d’un article scientifique a pour objectif d’ouvrir des pistes de réflexion, et de permettre aux auteurs de donner leur propre avis sur la question. Ce n’est donc pas un dictat, juste l’opinion des auteurs.
      Avant sa publication sur le site d’Alter Equus, l’article a été relu par l’initiatrice du projet scientifique, Odile Petit, donc voici le message suite à la relecture de l’article : “Vous trouverez en Pièces Jointes mes suggestions pour votre article qui est bien fidèle à notre papier. Merci pour vos actions de vulgarisation, c’est une excellente initiative. Odile Petit”. Cependant si vous en avez retiré un autre point de vue, n’hésitez pas à le partager, je transmettrai vos questions à Odile Petit.
      Cordialement,
      Aline Foury

      Répondre à Aline Foury

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});