L’eau

Le cheval et l’eau

 eau4L’eau fait partie des besoins vitaux du cheval, qui boit en moyenne entre 15 et 60 litres d’eau. Cette dernière permet des échanges nutritifs entre les cellules, ainsi que l’absorption des nutriments dans tout le corps.  Elle est également très utilisée par le cheval pour réguler la température corporelle (350L d’eau dans un cheval de 500kg). La masse corporelle du cheval est composée de 65% à 75% d’eau : cette part a tendance à se réduire au fur et à mesure de l’âge du cheval, qui risque de se déshydrater plus facilement en vieillissant. Il ne faut  pas oublier que les besoins du cheval varient selon la période de l’année ainsi que le travail fourni (le cheval est comme l’homme, il perd de l’eau par sa transpiration).  Certains aliments ont également tendance à pousser le cheval à boire (foin, aliments concentrés, sel, etc.).

Il est donc essentiel de proposer au cheval de l’eau à volonté, mais également d’une bonne qualité. Cela passe par :

  • Une eau propre, claire, inodore/incolore et non souillée (attention notamment au box à la présence de crottins)
  • Un entretien régulier afin d’éviter l’eau croupie ou les canalisations gelées
  • Une attention toute particulière à la température de l’eau, afin qu’il n’y ait pas de choc thermique dommageable pour son système digestif. Il est préférable de placer l’abreuvoir à l’abri des rayons du soleil, qui ont tendance à augmenter la part d’acide carbonique dans l’eau

Caractéristiques d’une eau de qualité

poulinouL’eau n’a, en soit, pas besoin d’être riche en sels minéraux, qui sont supposés être présents dans l’alimentation du cheval. L’eau de pluie ou la neige nécessitent une purification préalable. Les eaux de pluie ont également une qualité variable selon la zone dans laquelle se trouve le cheval (pesticides, etc.). Il est alors essentiel de faire des analyses (sels, produits chimiques, bactéries, etc.) pour proposer une eau de qualité à notre cheval. Le cheval préfèrera boire moins, ainsi que manger moins, si l’eau n’est pas de bonne qualité, risquant par la suite d’entrainer une déshydratation ainsi que des problèmes intestinaux (coliques, fourbures). De plus, le cheval étant un animal social, il faut en cas de randonnée attendre que tous les chevaux aient fini de s’abreuver avant de repartir (un cheval préfèrera boire moins pour rester avec ses congénères plutôt que de boire seul).

L’hydratation du cheval ne passe pas pour autant uniquement par l’eau sous forme liquide : l’eau disponible dans la nourriture est également essentielle (c’est peut-être même la plus importante!) et permet d’hydrater tout en apportant  des qualités nutritives supérieures, notamment via des sels minéraux. Il faut donc idéalement complémenter la ration du cheval par l’apport de légumes/fruits crus (herbe, rameaux, feuilles….).

eau2
 
Sources
Eric Ancelet, « Se nourrir, être nourri »
MAPAQ/Direction de l’innovation scientifique et technologique, Canada : http://www.agrireseau.net/cheval/documents/Eau.pdf

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*

Sur l’agenda
  • Rien pour le moment.
Restez informé !
Alter Equus sur Facebook
});