Mâchouillement… Où en sommes-nous ?

Nous avons souvent entendu, lorsque nous travaillions un cheval : « ah, il mâchouille ! Il a compris ! ». Ce comportement serait donc la preuve, à terme, d’un travail bien effectué.

Il est pour autant possible d’en douter, lorsque nous les voyons mâchouiller « sans raison » apparente, ou au calme. Qu’en est-il? Tour d’horizon d’un sujet encore peu traité par les scientifiques.

Contexte

Il est important de replacer ce comportement dans un ensemble global : nous ne pouvons pas réduire le cheval à un seul comportement et/ou attitude.

Le snapping est considéré comme un comportement typiquement juvénil

Le snapping est considéré comme un comportement typiquement juvénil

Le Dr. B. Schöning rappelle que le jeune poulain commence à mâchouiller jeune, la tête basse et le corps détendu : ce comportement, accompagné de « snapping », serait un signal de soumission et d’apaisement lors de conflits (il reste pour autant considéré uniquement comme un comportement juvénile par la communauté scientifique). Il aurait également l’intérêt de calmer le mâchouilleur grâce à un « déplacement d’activité  » : ne pouvant en effet pas s’enfuir, il transfère son énergie de fuite vers autre chose (ici, le mâchouillement), ce qui le calme. Le mâchouillement est donc entrainé par la décontraction dans ce cas.

Que se passe-t-il donc ? Voici une version schématique du Dr. F. Burton :

  1. Le cheval se sent menacé, anxieux
  2. il est en situation de stress
  3. il ressent un besoin de fuite
  4. montée d’adrénaline, entrainant notamment une bouche sèche
  5. mâchouillement

Le mâchouillement aurait donc lieu immédiatement après le stress. 

Débouchés en équitation

Il est donc assez difficile d’utiliser l’argument du mâchouillement dans le travail, dans la mesure où celui-ci proviendrait de stress assez élevé (usage du join up, inconfort important, acculation, etc.). Il est important ici de rappeler que nous ne parlons pas de stress d’un point de vue négatif, mais comme “l’ensemble des réponses d’un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement”. Il devient donc pertinent d’observer et de se demander pourquoi le cheval mâchouille: à cause d’une période de stress? de la décontraction? Le mâchouillement peut également arriver pendant des manipulations type ostéo/shiatsu lorsque les tensions se débloquent.

Le cheval doit avoir le choix de son travail, et la possibilité de refuser voire « fuir » si son niveau de stress augmente. Quel risque sinon ?

  • Le développement de la résignation acquise, avec un cheval passif voire robotisé dans son travail : le cheval semble « sous contrôle », mais risque d’exploser à force de réprimer ses émotions
  • L’association de stress et d’inconfort extrême dans le travail et donc démotivation

Le mâchouillement serait-il donc sans intérêt pour notre travail ?

Le mâchouillement est à prendre en compte dans le travail effectué

Le mâchouillement est à prendre en compte dans le travail effectué

Pas forcément: le machouillement reste un indicateur utile de la tension et/ou du stress du cheval. Cet indicateur est plus ou moins présent selon l’individu: certains chevaux seront tendus dès qu’il y aura une incompréhension de la demande de leur cavalier. Il est par contre essentiel d’en tenir compte et de faire en sorte que ces périodes de tension se réduisent, signe d’une amélioration de la relation.

L’important est surtout de rechercher un cheval démontrant les signes visibles de la décontraction (tête basse, pas de contractions dans le corps), étant donné qu’il n’a pas été prouvé que le mâchouillement améliorait, ou non, l’apprentissage. Ce comportement dont donc principalement être associé à la présence de tension (qui entraînent juste après le mâchouillement si le cheval se décontracte). 

A nous maintenant d’écouter notre cheval, pour pouvoir nous adapter à ses subtilités…

Sources

2 commentaires

  1. patrick S Auteur février 12, 2015 (12:40 )

    Bonjour ,
    Pour vivre avec des chevaux , j’ai l’impression que le machouillement est un signe de soumission a l’autre .
    Je vois mes chevaux faire régulièrement ce gestes . Ils pourraient fuir mais comme ils ont envies de rester vers moi , ils envoient ces signaux aux dominants .

    Répondre à patrick S
  2. sandra Auteur mai 11, 2016 (12:03 )

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*


Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});