Hommage à Michel Henriquet
L’un de nos membres, Bernard Chéru, nous propose un hommage à Michel Henriquet, dont il a pu bénéficier des enseignements.

 

Michel Henriquet est parti !

Ça paraît incroyable ; un personnage de cette envergure est immortel, non ? Pourtant, il avait 90 ans mais se portait bien.

 

J’ai eu la chance de le croiser par hasard quand en 2003, j’habitais à dix minutes de chez lui ; tout le monde le connaissait, sauf moi, ce qu’il m’a reproché : « mais Monsieur, savez-vous qui nous sommes ? »

Par la suite, pendant deux ans et demi, tous les samedi, à 8h30, j’enfourchais un de ses chevaux d’école et de débutais ce qu’il appelait ma « rééducation ». Il était terriblement, horriblement exigeant, intransigeant : « si vous ne savez pas faire la différence entre un cercle et un ovale, je ne peux rien pour vous ! »

 

galerie_fandango_passageIl avait raison : tout travail commence par la perfection des choses simples

Cet homme nous faisait passer de l’équitation de centre équestre vers l’équitation de légèreté. Le contact avec la bouche par le simple poids du cuir, le pré-positionnement des aides avant l’exécution du mouvement, les aides délicates qui cèdent aussitôt, etc.

 

Il était érudit et s’exprimait avec clarté, même si ces phrases était parfois un peu longues.
Sa courtoisie parfaite, délicieusement vieille France, en bon maître d’équitation, s’arrêtait à la porte du manège, où il pouvait devenir cinglant : « Monsieur, j’essaie désespérément de vous faire passer du transport hippomobile vers la haute équitation, alors, je vous en supplie, faites ce que je vous dis ! »

 

En 2006, je quittais la France pour aller travailler à Zurich et j’emportais avec moi un bagage précieux ; la révision, de fond en comble, de toute la basse école, avec Mr Henriquet, et aussi une dernière sentence quand il me désignait à un groupe de visiteurs: « Voyez ce monsieur, il vient chez nous depuis deux ans– Il a eu beaucoup de difficulté, mais à présent il commence à avoir figure humaine à cheval ».

 

Mr Henriquet, vous faites partie de ces hommes qui infléchissent le parcours d’une vie. Vous m’avez, en équitation, ouvert une porte dont je ne soupçonnais même pas l’existence.
Merci !

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});