Matériel et équipement : quand la mode s’en mêle

Matériel et équipement : quand la mode s’en mêle

On aurait pu croire qu’une activité, certes parfois sportive, mais aussi technique que l’équitation aurait pu échapper aux “tendances” et à l’influence de la mode. Tout au contraire, la section “accessoires” des différents fournisseurs regorgent d’objets saisonniers, avec par exemple des bonnets spécifiques pour Noël, Pâques. Frontal à paillettes, tapis assortis, vêtements “marqués”, même les accessoires de type licols, bridon ou même selles et harnachement subissent les assauts du marketing. Enfin, n’oublions pas les compétitions sportives et sérieuses où l’élégance joue un rôle important.

Le cavalier débutant peut se sentir perdu devant les différentes catégories d’équipement d’équitation : randonnées, CSO, dressage, mixtes, western, endurance, filets ou ennasures, hiver, été… que choisir quand on veut “simplement” se faire plaisir avec son cheval ? Le matériel de marque justifie-t-il son prix ? Qu’est-ce qui constitue l’équipement minimum ?

L’équipement minimum : la tenue du cavalier

Pour un vrai débutant, l’équipement minimum du cheval sera fourni par le club. Mais le cavalier doit acheter dès le début sa tenue :

  • une bombe, avant tout
  • un gilet de protection, qui n’est pas encore aussi courant que la bombe, mais qui le devrait.
  • un pantalon, qui permettrait d’éviter les blessures aux cuisses
  • une paire de chaussures adaptées, bottes ou boots

Les critères de choix, pour cette tenue, sont les mêmes que pour n’importe quel vêtement : il faut avant tout se sentir bien et prendre une taille qui permet de ne pas être serré sans flotter (car alors les ampoules s’installent). Pour les équipements de protection, bombe et gilet, la qualité est essentielle. On peut trouver des fabrications chinoises très bon marché qu’il faut impérativement fuir : éviter un traumatisme crânien ou un problème grave de vertèbres vaut bien d’investir quelques euros de plus.

Il faudra investir environ 50 € pour une bombe, 20 à 30 € pour des boots correctes qui feront quelques années avant de rendre l’âme.

L’équipement minimum pour le cheval

Une selle adaptée

“Adaptée” au type d’équitation et surtout à la morphologie du cheval sur lequel on va l’utiliser. Ce qui implique qu’on ait son cheval propre. Le profilage d’une selle rendra la monte beaucoup plus confortable pour le cavalier et le cheval. Il existe même des fabricants qui proposent des selles faites sur mesure, à des prix dépassant les 5.000 € !

A moins de faire de la compétition ou de l’équitation de type western, pour laquelle la selle spécialisée est absolument nécessaire, la selle mixte sera largement suffisante. La plupart des fabricants proposent aux boutiques une selle d’essai, que vous pouvez utiliser sur votre cheval. Cela permet de vérifier qu’elle vous convient autant qu’à votre monture.

Un tapis adapté et de qualité

Par rapport aux tapis de base, qui sont de simples rectangles, un tapis de qualité aura une forme plus ergonomique, en creux, qui suit la ligne du dos du cheval. Là encore, c’est plus confortable pour lui et le cavalier, et cela évite de nombreux problèmes. Le tapis sera aussi adapté à la température, particulièrement l’hiver.

Des étriers

Là encore, les étriers dépendent du type d’équitation que l’on souhaite pratiquer. Les étriers classiques conviennent à presque toutes les disciplines, sauf à l’équitation western. En compétition, particulièrement en CSO, on préférera des étriers articulés. Il existe aussi différents types d’étriers de sécurité, qui se détachent plus facilement en cas de chute, évitant au cavalier d’avoir une jambe coincée et de se retrouver traîné par son cheval. Le choix se fera donc en fonction de sa pratique et de sa sensibilité à la sécurité.

Les étriers de type western ou camarguais sont plus larges et procurent plus de confort, ils sont particulièrement adaptés à de longues journées de travail à cheval.

En synthèse, comment choisir son équipement ?

Il faut avoir un équipement adapté à sa pratique, en privilégiant le confort du cheval et du cavalier.

Plus on progresse en équitation, plus on passe de temps avec son cheval, plus l’équipement va se diversifier, se spécialiser, et plus on va vouloir se faire plaisir.

Les critères esthétiques on bien sûr leur importance : même sans participer à un concours d’élégance, on apprécie un cheval à la crinière bien brossée, nattée avec des rubans contrastés, on aime avoir un tapis de selle coordonné avec les jambières. Et pour soi-même, en dehors de l’entrainement, le choix de vêtements avant tout confortables, mais aussi esthétiques. Ils restent avant tout des vêtements de sport, qui doivent être faciles à porter et à entretenir.

Il reste à ne pas oublier que, si un bon cavalier a besoin d’un équipement adapté et de qualité, ce n’est pas l’équipement qui fait le cavalier. Du matériel, des vêtements et des accessoires de qualité accompagnent le cavalier mais ne remplacent ni l’entraînement ni la compétence.

 

Bien choisir son équipement. En ligne ca vaut le coup ?

Bien choisir son équipement. En ligne ca vaut le coup ?

L’étrange période que nous vivons en ces temps de pandémie a mis en exergue y compris dans les “unes” des différents journaux et magazines télé les différentes solutions pour aider les petits commerces ou même moyens.

L’achat en ligne il faut bien l’avouer, à changé notre monde, et celui de l’équitation en particulier. Plus besoin de se déplacer…

Mais quand vient le choix de son équipement d’équitation, la “magie” du commerce en ligne perd un peu de sa force face à la pléthore de magasins et un choix de matériel et/ou de produits. Surtout quand on est particulièrement sensible à une approche de l’équitation plus respectueuse et/ou naturelle, il faut bien admettre qu’il est facile de se perdre face à l’immensité de l’offre. Alors comment faire ?

Savoir ce qu’on cherche…

C’est paradoxalement LE souci avec une offre en ligne si gigantesque : tout est la. Oui mais si on ne sait pas précisément ce qu’on veut, il est facile de se tromper. Prenons un exemple concret (et connu) : un simple licol corde et son stick. Entre la chinoiserie à 5€ et le “kit officiel un tel” à 45€ comment s’y retrouver sans pouvoir toucher/tester le produit ?

C’est un peu différent pour les produits de soins et d’alimentation, ou le gros équipement, car l’offre est plutôt connue et détaillée (un van, un abris par exemple) et les fiches produits sur les sites sérieux relativement bien renseignées. Il est plus facile de faire un choix éclairé dans ce cas.

Savoir ce qu’on cherche suppose donc des recherches ou une connaissance préalables des produits, permettant alors simplement de trouver le bon magasin en ligne et de comparer éventuellement les prix, les frais divers etc… 

…Et faire attention à où l’on va !

Le commerce en ligne est malheureusement aussi LE lieu où les arnaques sont légion. Des services comme “Scamdoc” (gratuit) permettent d’avoir un premier avis sur le sérieux d’un site, même s’il est très imparfait et juge parfois “mal” de petites boutiques tout à fait sérieuses. Quoi qu’il en soit, la vigilance reste de mise et quelques contrôles simples permettent de se faire sans trop de risque possibles une opinion sur le sérieux du site :

  • Une boutique clairement identifiée, avec une adresse physique, un mail et un téléphone
  • La présence d’informations légales détaillées (identité, forme juridique, présence du SIRET, l’identification de l’entreprise pour la France)
  • Le respect des règles de confidentialité (accord pour les cookies, possibilité d’accès aux données récoltées)
  • D’une manière générale (même si très subjectif) la qualité globale du site. Un site “cocotte minute” témoigne du peu de soin apporté par le propriétaire à son commerce (images détaillées, fiches produits complètes,…)

Des offres parfois farfelues

Grand classique du commerce en ligne, souvent en “dropshipping Ali Express” (la commande que vous faites est en fait relayée directement au fournisseur Ali Express qui gère directement l’envoi), les offres de type “75% de réduction pour encore 24h” !

Un minimum de bon sens fait que si vous regardez directement sur Ali Express vous trouverez votre produit non pas à 75% mais souvent encore moins cher en prix réel (bien que nous soyons assez peu touchés par ce phénomène dans le secteur équestre).

Ces sites intrusifs, à grand renfort de boites “pop up” annonçant des remises incroyables sont d’ailleurs assez souvent non français ou européens, créés sur des plateformes génériques à l’étranger et, signe qui ne trompe pas, généralement totalement anonymes !

Voilà une petite réflexion en ces temps de fêtes de fin d’années qui je l’espère vous permettra simplement d’être vigilant et de faire vos achats en toute tranquillité et éviter les ennuis dont nous n’avons franchement pas besoin en ce moment…

Alors bonnes fêtes à toutes et tous !

 

Résultats de l’étude 2 : pour aller plus loin

Résultats de l’étude 2 : pour aller plus loin

De ce fait, il faut bien veiller à différencier des oreilles en arrière, orientées vers le manipulateur et des oreilles plaquées en arrière, signe d’inconfort bien connu chez le cheval. Les oreilles en arrière retrouvées chez les pouliches du lot Optimisé ne sont pas plaquées sur la nuque, mais seulement orientées en arrière. Celles-ci restent orientées en arrière longtemps, le temps des caresses faites par le manipulateur. Celles que l’on retrouve chez les pouliches du lot Standard sont plaquées en arrière proche ou sur la nuque et souvent de façon brève, lors du passage de la brosse sur une zone du corps du cheval.

Conclusions de l’étude 2

Conclusions de l’étude 2

En revanche, la manipulation retrouvée dans les centres équestres amène rapidement au développement de comportements négatifs qui peuvent parfois s’avérer dangereux et être à l’origine d’accidents lors de menaces par exemple. Ces animaux sont également plus stressés lors de manipulations vétérinaires, ce qui peut encore une fois être source d’accidents.

Etude 2 : quel type de pansage privilégier ?

Etude 2 : quel type de pansage privilégier ?

Afin de contrer ce manque de sensibilisation et donc de former les cavaliers à la pratique du pansage, une deuxième étude a été lancée et financée par le Conseil Scientifique de l’IFCE en 2016, dirigée par Léa Lansade. Cette étude confrontait deux méthodes de pansage afin de déterminer s’il y a une réelle différence comportementale et émotionnelle lorsque l’on change la façon de brosser et de poser l’équipement.

Etude 1 : pratiques de pansage et sécurité

Etude 1 : pratiques de pansage et sécurité

Cette étude a ainsi permis de souligner que le pansage est plus souvent une source d’inconfort pour les chevaux qu’un moment agréable, qu’il n’y a pas d’amélioration de la pratique avec l’expérience, probablement parce qu’on y accorde peu d’importance et qu’il n’y a pas ou presque de sensibilisation à la pratique, ce qui peut permettre en partie d’expliquer le taux d’accidents à pied. Il y a donc un besoin non négligeable de sensibiliser et former les cavaliers à l’impact du pansage sur leur cheval.

Rappel sur les expressions faciales et comportements du cheval

Rappel sur les expressions faciales et comportements du cheval

Le cheval communique grâce à son langage corporel qui peut se révéler subtil pour l’homme quand il s’agit de décrypter les expressions faciales. Cependant, les cavaliers y font rarement attention lors du pansage ou du travail de leur cheval et on en parle très peu dans les centres équestres. Pourtant, les expressions faciales et les comportements sont un excellent indicateur de l’état émotionnel dans lequel le cheval se trouve.

La sécurité dans le monde équestre

La sécurité dans le monde équestre

Ainsi, il est important de noter qu’il y a un nombre non négligeable d’accidents avec les chevaux chaque année et ce, pas uniquement lorsque le cavalier ou le manipulateur est à cheval. De plus, ces lésions ne sont pas à prendre à la légère. On peut alors se demander comment faire pour prévenir et diminuer le nombre d’accidents, notamment à pied.

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});