Conditionnement classique – Le risque de l’habituation

Conditionnement classique – Le risque de l’habituation

Le cavalier peut utiliser constamment un niveau de pression identique à celui que le cheval a associé à un certain comportement, mais en ne formulant aucune demande. Le cheval va alors s’habituer à ce niveau de pression constant dans sa bouche, ce qui crée un nouveau niveau de base de contact, plus élevé que le précédent. La pression perd alors son effet : les niveaux de pression des 2 stimuli sont si proches que le cheval ne peut plus les distinguer. Ainsi, il n’est plus capable de percevoir la différence entre la pression associée à un comportement spécifique et le niveau de base du contact avec la bouche qui au contraire n’a aucune signification pour lui.

Éducation et dressage du cheval : utilisation de la pression et des renforcements positifs et négatifs

Éducation et dressage du cheval : utilisation de la pression et des renforcements positifs et négatifs

Le principal objectif de l’apprentissage est de fournir des signaux que le cheval apprend à associer à un comportement spécifique. Si le cheval exécute des comportements inattendus ou non désirés, cela signifie que l’apprentissage n’a pas permis d’établir une association entre le signal (la pression) et le comportement désiré, et que le renforcement utilisé pour créer cette association est insuffisant pour surmonter la motivation du cheval à exécuter d’autres comportements

Apprentissage associatif et non-associatif lors de l’éducation du cheval : quelles conséquences pour son bien-être ?

Apprentissage associatif et non-associatif lors de l’éducation du cheval : quelles conséquences pour son bien-être ?

Cependant, les relations homme-cheval sont complexes et la communication entre les chevaux et les humains n’a pas encore été développée avec précision. En effet, bien que l’apprentissage chez le cheval soit l’objet de nombreux articles scientifiques, l’équitation est aujourd’hui encore le sport avec le plus grand nombre d’accidents, et un pourcentage significatif de chevaux sont vendus ou abattus à cause de problèmes comportementaux

Equus Caballus : réponses pertinentes à des expressions faciales d’émotion chez l’Humain

Equus Caballus : réponses pertinentes à des expressions faciales d’émotion chez l’Humain

Cette étude apporte la première preuve des capacités équines à discriminer spontanément, physiologiquement et comportementalement, les expressions faciales humaines (positives – joie, ou négatives – colère). Elle pourra être poursuivie par la suite, notamment en insistant sur les effets particuliers de l’identité, de la familiarité, de l’âge ou du genre sur les capacités du cheval à discriminer les expressions émotionnelles.

Le tempérament module les comportements contrôlés par des signaux externes (type clicker-training)

Le tempérament module les comportements contrôlés par des signaux externes (type clicker-training)

Tout d’abord, cette étude prouve que le transfert d’un conditionnement pavlovien vers un conditionnement instrumental existe chez le cheval. Elle montre également que l’influence de signaux externes sur les comportements individuels dépend du tempérament des individus. Ces résultats pourraient donc permettre de mieux comprendre et utiliser les méthodes d’apprentissage telles que le clicker training.

Stress et tempérament influencent les performances de la mémoire de travail vis-à-vis de la nourriture chez les chevaux

Cette étude illustre le fait que dans un environnement changeant, le même cheval peut être avantagé ou désavantagé par son tempérament en fonction du niveau de stress de l’environnement. En effet, le stress inverse l’influence de la peur sur les performances de la mémoire de travail.

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});