De l’inutilité des enrênements

De l’inutilité des enrênements

Se tourner vers une équitation « alternative » demande de laisser au placard les outils de contrainte que nous utilisons dans notre tradition (bride, éperons, cravaches, enrenements), tout simplement car nous partons du principe que nous devons réellement écouter notre cheval. Celui-ci sait par essence se placer, se porter et effectuer n’importe quel exercice que nous pourrions lui donner. Le cheval est juste et a toujours raison. Pouvons-nous en dire autant?

Hommage à Michel Henriquet

Hommage à Michel Henriquet

Il avait raison : tout travail commence par la perfection des choses simples…

Cet homme nous faisait passer de l’équitation de centre équestre vers l’équitation de légèreté. Le contact avec la bouche par le simple poids du cuir, le pré-positionnement des aides avant l’exécution du mouvement, les aides délicates qui cèdent aussitôt, etc.

Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});