Les petites questions : Qu’est-ce qu’un tic ?
Un tic/stéréotypie est un comportement anormal du cheval, caractérisé notamment par des mouvements répétitifs ou des troubles psychologiques. Un tic s’observe principalement auprès des chevaux vivant en box ou isolés.

 

cevalboxCes tics sont dus notamment à l’ennui, au stress ou à un mauvais sevrage. Ils peuvent avoir une incidence grave sur la santé du cheval (coliques, torsions, ulcères, usure prématurée des dents, …) et ne doivent  jamais être empêchés car ils sont le symptôme d’une douleur plus profonde. Il est donc important de  socialiser et mettre à l’extérieur un cheval souffrant de ce type de trouble, qui est malheureusement très difficile à résoudre une fois qu’il s’est développé.

Les techniques actuelles de contention ou même chirurgicales pour “traiter” les tics ne sont au final que des cache-misère et poussent à la création de nouveaux troubles du comportement par le cheval. Le problème n’est dans ces cas précédemment cité pas traité à la source.

La totalité des tics ont pour origine une  frustration, qu’elle ait pour origine un environnement déséquilibré ou un besoin non satisfait. Un lieu de vie trop bruyant, trop ou trop peu éclairé et l’isolement sont des facteurs “poussant” les chevaux à développer des tics.              

 

Il y a différentes catégories de tics : ceux liés à l’alimentation, à la locomotion, à l’irritation cutanée et à l’agressivité. Il faut noter que les tics ont deux causes principales  :

  • l’environnement physique
  • l’environnement social

Les facteurs environnementaux physiques, tout d’abord, peuvent toucher à la fois  l’alimentation et l’emploi du temps. Nous avons déjà précisé à plusieurs reprises l’importance pour un cheval de manger au moins douze heures par jour, à la fois pour son appareil digestif et pour l’occuper.

Un autre facteur important est la restriction. Le fait d’être restreint dans un espace clos pousse le cheval à développer des tics ou anomalies comportementales. La situation s’empire pour un cheval vivant en stalle. Nombreux sont donc les chevaux à avoir le tic de l’ours, qui consiste en un balancement d’un antérieur à l’autre, pour compenser le manque de mouvement. Un environnement morne, la frustration, le conflit et la peur génèrent eux aussi des tics.

 Les facteurs environnementaux sociaux, quant à eux, sont liés au sevrage, à l’absence de contacts sociaux et au surpeuplement.

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*


Restez informé des dernières parutions !
Inscrivez votre adresse mail ici et recevez une notification lors des nouvelles parutions.


 

Vérifiez votre courrier ET la boite "courrier indésirable", et cliquez sur le lien de validation pour confirmer votre abonnement !
Sur l’agenda
La page Facebook
});